Apprentissage : l’aide à l’embauche prolongée

Bonne nouvelle pour les entreprises ! Depuis le mois de mars dernier, l’aide à l’embauche d’un apprenti ou d’un alternant, est prolongée jusqu’au 31 décembre 2021. Mise en place pour la première fois en juillet 2020, cette prime exceptionnelle permet aux entreprises de recevoir entre 5000 et 8000 euros à chaque contrat signé.

« 1 jeune, 1 solution »

C’est une excellente nouvelle pour les entreprises qui embauchent un alternant. Cette année encore, ces dernières vont pouvoir compter sur l’aide exceptionnelle à l’embauche d’un apprenti, mise en place par le gouvernement l’été dernier et qui a récemment été prolongée, jusqu’au 31 décembre 2021. Un coup de pouce de l’état, qui vient donc compléter les financements de coûts de formation, déjà accordés par les opérateurs de compétences, dits opco, aux entreprises qui emploient un apprenti.

Plus concrètement, cette prime exceptionnelle, dont le montant s’élève à 5000 euros maximum pour un apprenti de moins de 18 ans la première année et à 8000 euros maximum pour un apprenti majeur, a été mise en place par le gouvernement, dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution ». L’objectif de ce dernier, étant d’accompagner les jeunes face à la crise sanitaire, notamment dans la recherche d’un emploi ou d’une formation.

Quelles entreprises sont concernées ?

Si toutes les entreprises sont concernées par cette aide et ce, sans conditions d’effectif, les conditions d’attribution différent néanmoins selon la taille de la société. Ainsi, si pour une entreprise qui compte moins de 250 salariés, il est simplement obligatoire de conclure un contrat d’apprentissage, dont le diplôme ne doit pas être supérieur au niveau BAC +5, les entreprises de 250 salariés et plus, doivent quant à elles s’engager à respecter un quota d’alternants, soit 5% de l’effectif total en moyenne, au 31 décembre 2021.

A noter, que cette prime exceptionnelle n’est toutefois pas cumulable avec l’aide unique attribuée aux entreprises qui emploient un apprenti et mise en place en 2019 par le gouvernement. Cette dernière pouvant toutefois être demandée lors de la deuxième année du contrat, soit à partir de janvier 2022, dans le cas où le contrat d’apprentissage est supérieur à une durée d’un an.

Enfin, concernant les modalités de versement de cette prime exceptionnelle, cette dernière est versée mensuellement et automatiquement, avant le paiement du salaire de l’apprenti. La gestion et le suivi de l’aide étant confiée à l’Agence de services et de paiement (ASP). Au préalable, tout employeur doit en outre transmettre les contrats d’apprentissage conclus à l’Opco dont il dépend.