Médecine : ce qu’il faut savoir pour réussir ses études

La filière des études de santé est suivie de près en France, très réputée, les métiers de la médecine sont valorisés. De nombreux étudiants se lancent chaque année dans cette voie. Le cursus a changé l’année dernière avec la suppression du PACES, pourtant la première année reste toujours très sélective. Réussir ses études en médecine est compliqué, cela demande beaucoup d’efforts et il faut être préparé. On vous explique tout ce qu’il est bon de connaître pour réussir votre parcours en médecine.

Une filière très demandée

Nombreux sont les étudiants, principalement sortis des options les plus scientifiques qui souhaitent se lancer dans les études en médecine. Les opportunités sont variées, mais encore faut-il réussir pour y arriver. Les places dans les filières de médecine sont restreintes et seuls les meilleurs peuvent passer. Seulement 1 tiers des étudiants inscrits en première année de PACES continuait les études en médecine et le taux de réussite à la fin de la première année, considérée comme la plus dure, variait de 10 à 30 %. Pour améliorer leurs résultats, certains étudiants passent par des prépas. Au sein d’une prépa médecine à Paris ou ailleurs, on suit des cours supplémentaires lors des soirs, des week-ends et même des vacances. 

Ces conditions et la difficulté des études incitaient des étudiants à reconsidérer leur choix et recommencer de nouvelles études. Le système de sélection du PACES est désormais révolu, de nouvelles règles sont en place, qui pourront peut-être inciter davantage les jeunes étudiants à se lancer dans cette filière.

Fin du PACES, place au PASS

Le concours unique et le nombre de places fixes feront désormais partie du passé. La nouvelle réforme a pour but de simplifier l’accès des étudiants de tous bords aux filières de la médecine. À présent, chaque université pourra décider du nombre de places disponibles en concertation avec les Agences Régionales de Santé. Le but est d’ouvrir plus de places pour répondre aux besoins locaux. C’est-à-dire que si une région souffre d’un manque de médecins sur son territoire, l’université de médecine pourrait augmenter le nombre de places en seconde année. Le but est d’arriver à un équilibre juste entre le nombre d’entrées et le besoin en médecins locaux. 

De plus, l’accès aux filières de la médecine est plus ouvert, il sera dorénavant possible d’entrer à la suite du nouveau PASS comme on l’a dit, mais également à partir d’une licence LAS (Licence Accès Santé) ou d’une formation paramédicale (soins infirmiers par exemple).

Les conseils pour réussir

Ce n’est pas parce que l’accès est plus ouvert et que le numerus clausus a disparu que les études seront plus simples. Les études de médecine restent difficiles et il faut s’y préparer correctement, d’autant plus que le redoublement ne sera plus possible. Nous vous conseillons alors vivement de passer par une prépa médecine dès la première. Les étudiants en prépa médecine ont des taux de réussites supérieurs et plus on s’y prend tôt, mieux on peut être préparé et à l’aise avec les notions de médecine. 

Il faut se préparer à ce que ce soit dur et ne pas abandonner aux premiers échecs, c’est un marathon et l’effort en vaut la récompense.