Promouvoir l’éducation financière de la population : une bonne idée ?

Depuis quelques années déjà, de plus en plus de groupes influents, provenant d’institutions publiques et privées, offrent de nombreux programmes d’éducation financière qui visent à renseigner la population sur les différents aspects de la finance. Peut-on s’attendre à des changements importants dans la société grâce à ces initiatives ? Regard sur la situation.

Les institutions s’unissent dans le but d’éduquer

Si l’on observe la situation mondiale et les nombreux acteurs qui se sont joints au mouvement de l’éducation financière de la population, on pourrait croire que la société (ou du moins les organes de direction) cherchent à faire de la finance une des bases de ce qui nous unit. En effet, ce sont autant d’institutions publiques que privées, telles que des organisations internationales, des banques centrales, des ministères (Finances et Éducation), des prestataires de services financiers ainsi que fondations d’utilité publique qui semblent s’être accordées afin de s’assurer que la population puisse mieux comprendre et développer leurs compétences financières.

Il est vrai que dans un monde où les crypto-monnaies, tel que le Bitcoin, prennent de plus en plus d’espace comme mode de paiement, mais aussi en tant qu’investissement, des notions de base se doivent être acquises par une large partie de la population, afin de bien comprendre les nouveaux mécanismes qui permettent d’acquérir des biens ou de remiser son argent afin de le faire fructifier. La dernière crise financière que nous venons de vivre, causée par la crise sanitaire COVID-19, semble avoir accentué le rythme de cette éducation financière par les différents groupes ci-haut mentionnés. Difficile pour l’instant de savoir si tous les pans de la société sont ouverts à ce discours, mais il est évident qu’il existe et qu’il se fait de plus en plus entendre.

Que peut-on attendre de ce mouvement d’éducation financière ?

Comment ce mouvement est-il né et qui l’a entrepris en premier lieu ? Étaient-ce les gouvernements qui désiraient assainir les finances de leurs citoyens en leur inculquant des notions qui selon eux leur faisaient défaut ? Ou était-ce les marchés financiers eux-mêmes qui désiraient agrandir leurs bassins de clients potentiels, en éduquant la masse aux besoins et à l’utilité du monde de la finance ? Toujours est-il que le résultat recherché par ces différentes institutions semble pointer vers une raison principale qui est : l’importance des compétences financières au quotidien pour tout un chacun.

Selon les responsables de ce mouvement, l’éducation financière permettra aux citoyens de prendre des décisions mieux réfléchies sur leur manière de consommer et d’investir. Comprendre les rouages de la bourse et savoir comment acheter des actions, transiger des devises sur Forex, ou simplement comprendre ce qu’est une Future pourrait, selon eux, permettre aux individus d’envisager de nouvelles manières d’accumuler du capital. Mais plus simplement, dans la vie de tous les jours, savoir gérer son budget sans faire exploser ses cartes de crédit, est considéré par ces derniers, tout aussi important comme éducation.

Les partisans de cet enseignement suggèrent tous que de nombreuses retombées positives en ressortiront. Ils notent entre autres qu’une population plus prudente dans la gestion de son argent, de ses biens et de son patrimoine pourrait permettre une plus grande stabilité économique mondiale. À voir…